Sélectionner une page
Communication digitale : comment intégrer l’émotion?

Communication digitale : comment intégrer l’émotion?

Depuis son apparition, le digital bouscule les codes de l’information dans les espaces publics ou dans les entreprises, à travers la communication visuelle : écrans d’information, images, vidéos…

L’émotion est un sentiment qui s’impose facilement et est capté sans effort. L’objectif de la campagne de communication est donc de laisser le visiteur s’abandonner dans l’image sans chercher à le convaincre avec une accumulation d’informations.

Pour repenser la façon de communiquer, voici quelques conseils pour intégrer de l’émotion à travers vos campagnes de communication.

La vidéo : marqueur émotionnel de souvenirs

Le rôle de tout communicant est de s’interroger sur l’impact d’un visuel, généralement destiné à un public pressé et occupé. Ce public, la plupart du temps en mouvement, a des difficultés à capter les signaux envoyés par l’entreprise comme ses engagements, ses missions, ou encore ses valeurs.

Le but est de capter l’attention de ce public le plus rapidement et le plus efficacement possible pour renforcer la mémorisation d’une information.

Plus performantes que des images fixes, les vidéos sont désormais les formats les plus utilisées car elles invitent à l’émotion sans y intégrer un principe de narration. Ainsi, dans le parcours utilisateur, cette approche permet de favoriser des marqueurs émotionnels de souvenirs qui s’imposent sans être dans un format intrusif.

Un affichage digital efficace

La première chose à savoir est qu’il est important de réduire son affichage digital. Il est inutile de diffuser des contenus sur une multitude d’écrans si ceux-ci ne sont pas efficace en termes de mémorisation et d’impact.

Ainsi, les écrans doivent être contextualisés en tant qu’objets digitaux, créant un événement dans le parcours utilisateurs. De même, il est plus pertinent d’élaborer des images en mouvement que le public retient sans y accorder beaucoup de temps plutôt qu’un film avec trop de contenus.

Un format optimal

Le format des écrans et leur contenu doivent être pensés lors de la création des planches de style du communicant en charge de la campagne de communication. Les écrans doivent en effet, avoir une utilité esthétique en contribuant à la décoration du lieu. Véritables marqueurs d’émotion, les écrans favorisent les éléments de souvenir et renforcent la réception et l’approbation, d’un message. Les écrans sont presque toujours accrochés sans être pensés comme élément de décoration à part entière. La stratégie de contenu doit être réfléchie en fonction de l’écran pour capter l’intention et devenir un contenu de communication unique.

Intégrer l'émotion dans sa campagne de communication

Réussir son affichage digital : les points clés

Les 6 points fondamentaux à retenir pour un affichage digital efficace sont :

  1. L’information doit être en accord avec l’architecture et le contexte du lieu
  2. L’information doit être pensée en fonction des mouvements de circulation
  3. L’information doit être réfléchie pour un public pressé et occupé
  4. L’information doit trouver son inspiration dans les pratiques des multiples courants artistiques et se démarquer des conventions publicitaires
  5. L’information, malgré l’absence de début, de fin et de son, doit être capable d’émerveiller, de jouer avec les partis pris graphiques, de déclencher des sentiments et de plonger le public dans un moment hors du temps
  6. L’information doit créer l’engagement de la part du public

L’essentiel de l’affichage digital réside dans sa contextualisation : comment une personne s’imprègne-t-elle d’un message alors qu’elle est en mouvement ?

Nombreux sont les éléments à prendre en considération avant de se lancer tête baissée. Le logo de l’entreprise doit-il être rafraîchi ? L’entreprise suit-elle les tendances en marketing ?

La question qu’il faut se poser pour toute campagne de communication est de savoir comment mettre à profit les technologies au service de l’espace public pour entrer en contact avec le public. Le meilleur moyen est donc de miser sur l’aspect émotif des personnes ciblées par la campagne.

Communication : les enjeux de la communauté de marque

Communication : les enjeux de la communauté de marque

L’objectif principal des médias sociaux pour une marque est de tisser du lien, avant-même d’être utilisés comme un espace d’affichage. Le véritable enjeu est de pouvoir identifier et réunir une communauté autour de la marque. Bien que certaines marques « très connues » comptent déjà des milliers de followers, se faire une place parmi elles est toujours possible.

De nombreuses entreprises ne suscitent pas l’intérêt des utilisateurs sur les médias sociaux et ne parviennent pas à créer de communauté qui soit durable dans le temps. La solution ? Attirer et fidéliser les clients autour des valeurs que la marque partage et non autour de la marque elle-même. Une fois cette mécanique comprise et appliquée, l’entreprise verra son nombre de followers augmenter. Comment faire ? Grâce aux trois concepts de communauté suivants :

Communauté de valeurs

La première règle est d’arrêter de penser que les médias sociaux ne sont que des espaces « vitrine ». Bien plus que de simples lieux où s’afficher virtuellement, les médias sociaux servent avant tout à créer du lien avec les internautes. Ainsi, ils relèvent de la relation client, aussi appelée social CRM (Customer Relationship Management) et non plus nécessairement du marketing et de ses aspects promotionnels comme la publicité, le mailing, ou encore la promotion.

De cette manière, l’enjeu pour une entreprise est d’avoir une communication rentable sur le long terme et passe forcément par l’acquisition d’une communauté. On entend par là des individus qui se reconnaissent entre-eux dans le fait d’appartenir à un même groupe social.

communication-communauté-de-valeurs-marketing-atelier-de-luce

« Il est naturel pour l’Homme de se rapprocher d’un groupe partageant ses passions et ses philosophies de vie »

Dans cette logique, la marque devient donc l’acteur principal de ce rassemblement. L’entreprise, si elle est peu connue ou nouvelle sur le marché, doit faire en sorte que la communauté vive autour des valeurs, devenant le « moteur » de celle-ci et non plus l’objet de sa création.

Communauté d’intérêt

Affirmer son expertise et se positionner en tant qu’acteur de référence sur un marché précis est pour une entreprise un bon moyen de fédérer une communauté autour d’un sujet voire d’un thème plutôt qu’autour de sa marque.

Par exemple, le groupe Behance a choisi cette stratégie dans une démarche de travail collaboratif destiné aux créatifs. La page Facebook informe, permet des commentaires directs et crée des liens vers certains sites internet. Le site de la marque représente quant à lui, la communauté elle-même : il propose aux créatifs de monter leur propre galerie virtuelle, d’échanger entre-eux, de participer à différents groupes en suivant l’actualité de thèmes choisis.

Communauté réelle

L’initiative originale de Behance vise donc à construire et fédérer une communauté autour de valeurs que partage et soutient la marque. Cette forme de stratégie de communication est beaucoup plus proche de l’esprit communautaire de réseau que les autres. En effet, elle permet d’apporter des réponses sur les attentes de communauté de niche (ici, les créatifs) et de partager leurs intérêts. En adoptant cette stratégie, en se positionnant comme un « acteur » de communauté, la marque développe fortement le sentiment de proximité avec ses utilisateurs. Elle bâtit une relation durable et intéressante autour de l’activité de la marque. Les membres du groupe sont donc réunis autour du partage de valeurs communes.

Les médias sociaux deviennent par conséquent, des outils d’animation de cette communauté, en complément du site internet qui intègre d’autres canaux de communication comme YouTube par exemple. La communauté sert à créer un lien entre le réseau en ligne et les membres « réels » du groupe.

Attirer, intéresser et fidéliser une communauté demande bien évidemment du temps et une bonne réflexion autour des sujets à traiter. Mais ce n’est pas impossible ! L’astuce ? Analyser les tendances graphiques pour créer une image de marque optimale autour des valeurs. Ainsi, les valeurs de l’entreprise seront visuellement plus impactantes et marquantes. Facile, non ?

Les 5 tendances en marketing digital et en communication

Les 5 tendances en marketing digital et en communication

Le digital, par ses innovations constantes, renverse les métiers de la communication et du marketing. Réalité virtuelle, enceintes connectées, chatbot, voicebot ou encore big data, toutes ces nouveautés numériques sont de plus en plus intégrées dans le milieu professionnel pour conserver son employabilité. L’objectif de cet article est de révéler ces 5 tendances dans les moindres détails.

Réalité Virtuelle

La réalité virtuelle est un dispositif qui permet une immersion dans un univers fictif à l’aide d’un casque de réalité virtuelle. Comment cette technique est-elle utile en communication ou encore en marketing ?

Promotion

L’objectif de la réalité virtuelle est de permettre la dématérialisation des lieux comme par exemple la promotion sur le lieu de vente (PLV). Ainsi, ces espaces deviennent des lieux à visiter sans avoir besoin de se déplacer.

Dans le secteur de l’immobilier, ce dispositif est très utilisé. La réalité virtuelle est idéale pour présenter des biens aux futurs locataires ou acheteurs. Ils peuvent se projeter dans des lieux de vie ou mieux encore, imaginer la finalité d’un bâtiment qui n’est pas encore construit.

Dans le secteur du tourisme et du voyage, nombreuses sont les agences à proposer ce service personnalisé. Les voyageurs ont donc la possibilité d’explorer des destinations ou encore, de visiter des clubs de vacances dans lesquels ils s’imaginent séjourner.

Études

Les études marketing utilisent désormais la réalité virtuelle pour observer et analyser les différents comportements d’achat. Des environnements complexes peuvent être représentés, à bas coût à l’aide de ce dispositif comme par exemple des centres commerciaux, des rayons de super ou hypermarchés ou encore des magasins spécialisés.

La perception de celui qui porte le casque de réalité virtuelle est presque identique au « monde réel ». Il en va de même pour les tests produits. Dans cette idée, le testeur se verra faire sentir des parfums, de lessive ou d’adoucissant par exemple, en étant plongé dans un cadre de buanderie ou pressing.

L’intérêt de la réalité virtuelle dans ce contexte précis et d’amener le testeur à avoir des réflexions beaucoup plus précises et pertinentes en situation réaliste. L’idée ici est de plonger l’utilisateur dans un contexte qui lui est familier, qui peut lui rappeler ses propres expériences personnelles.

Enceintes connectées

Les enceintes connectées, appelées aussi enceintes intelligentes, sont de plus en plus présentes au sein des foyers français, mais aussi dans le monde. Ces enceintes représentent un partenaire domestique digital pour ceux qui en possèdent. L’intérêt est donc d’avoir chez soi un objet qui est capable de comprendre ce qui lui est demandé pour ainsi, apporter une réponse : allumer la lumière, informations sur la météo du lendemain, réservation de table dans un restaurant, etc. Pour ainsi dire, les enceintes connectées fonctionnent à l’aide d’une assistance intelligente.

Si ces enceintes sont particulièrement appréciées dans les foyers, les entreprises elles-aussi s’acclimatent à ce mode de communication inédit, vocal et robotisé. Par exemple, les Pages Jaunes, Télé-Loisirs ou encore Radio-France offrent désormais des services qui utilisent les enceintes connectées. Ce dispositif leur permet de développer leurs activités et donc d’ouvrir le champ des possibilités.

Le Big Data

tendances marketing digital bid data

Ce que l’on entend par le terme « Big Data » est l’ensemble des données auxquelles une entreprise peut avoir accès. Elles permettent de compléter et d’élargir les données de l’entreprise pour améliorer son activité. L’accès à ces données est illimité, de nature diverse (média, texte, etc.) et peut se faire en temps réel. Tous ces aspects permettent de mettre en place des actions de communication et de marketing sur-mesure, c’est-à-dire d’offrir une expérience qui soit la plus personnalisée possible. Les données obtenues découlent en grande partie des informations provenant des sources suivantes :

  • médias sociaux,
  • sites internet,
  • Open Data (données ouvertes),
  • Third Party Data (apporteurs de données).

Dans le cadre d’une utilisation de ces données en entreprise, celle-ci pourra notamment améliorer son impact en termes de géomarketing, en analysant les périmètres les plus optimaux pour son activité.

Données centralisées : enjeu

L’exploitation et l’examen de l’ensemble de ces données représente un des principaux enjeux. Grâce à une plateforme de gestion de données, aussi nommée Data Management Platform (DMP) la récupération, la centralisation la gestion mais aussi l’utilisation des données relatives aux clients est possible. Ce type de plateforme représente ainsi une première réponse à cet enjeu et sont un dispositif majeur des services Communication et Marketing de toute entreprise.

Unification des données client

Comme dit précédemment, l’exploitation et l’examen de l’ensemble des données collectées est un enjeu central. L’autre enjeu vise à concevoir une vision unifiée du consommateur. Dans cette logique, l’utilisation d’une plateforme de gestion de données permet d’y répondre.

L’intérêt de cette vision unifiée est de lier un objet électronique comme un smartphone, un ordinateur ou encore une montre connectée à un identifiant unique. Ce système permet de suivre et analyser chaque consommateur dans son parcours d’achat et dans sa relation avec la marque, à travers les divers points de contact (en ligne, en physique, etc.).

Le but de cette unification est donc de pouvoir proposer une offre personnalisée, une communication sur-mesure et donc, améliorer considérablement l’expérience-client.

Chatbots et Voicebots

Les chatbots, aussi appelés « robots conversationnels » sont des interlocuteurs favorisés dans les domaines du marketing, de la relation-client ou de la communication. Les chatbots sont disposés à répondre à des questions et schématisent très bien les avancées technologiques de l’intelligence artificielle.

Très souvent, les chatbots sont présents sur les sites web, comme dans des zones destinées à l’achat ou encore dans les messageries instantanées. Ces robots conversationnels sont destinés à répondre à des demandes simples mais surtout bien identifiées. Le but est de donner à ces robots un véritable rôle de conseillers commerciaux. En effet, ils offrent d’importants intérêts pour l’entreprise qui les utilise. Le projet doit néanmoins bien être préparé et les réponses doivent être précises et justes pour garantir la meilleure expérience client possible.

A l’inverse des chatbots, les voicebots peuvent, quant à eux, parler. Une façon de se rapprocher encore plus de l’humain.

Les voicebots sont le parfait exemple du progrès qui existe dans l’intelligence artificielle. La distinction entre l’humain et le robot se fait de moins en moins grande, surtout lorsque l’on se penche sur le sujet.

Blockchain

C’est avec la première crypto-monnaie, le Bitcoin, que la Blockchain a fait son apparition. Le principe de la Blockchain (la chaîne de blocs) est de pouvoir assurer des transactions monétaires (prêt, vente, etc.) de façon sécurisée mais surtout sans faire appel à un tiers de confiance (notaire, banque, etc.).

Une Blockchain est donc une base de données (vérifiable par les utilisateurs eux-mêmes) qui contient l’ensemble des échanges effectués entre les utilisateurs, sous forme d’historique. Ces données sont

Dans le secteur de la Communication et du Marketing, une Blockchain peut tout à fait prendre la place d’un tiers de confiance. Dans cette idée, un consommateur serait à même de suivre le parcours de son produit, d’en vérifier son éco-responsabilité ou encore sa provenance.

Enfin, pour un annonceur dans l’achat de campagnes publicitaires, la Blockchain peut permettre une plus grande transparence sur le CPC (coût par clic) ou le CPM (coût pour mille).

Vous savez désormais quelles sont les grandes tendances en marketing digital et en communication. Si ce sujet a piqué votre curiosité, vous pouvez suivre les 5 tendances en graphisme 2022.

Les bases de la communication digitale

Les bases de la communication digitale

Pour débuter cet article, il semble nécessaire de rappeler la définition de la communication. On nomme « communication » l’action de communiquer, de transmettre ou encore d’informer. La communication renvoie à l’étude du langage qui s’axe sur trois aspects distincts :

  • L’expression : la démarche de l’individu qui emploie ce type de communication est de transmettre une émotion, une intention ou plus largement, un état de conscience ;
  • La représentation : ce type de communication offre des informations sur les événements et véhicule des éléments appartenant au domaine du « savoir » ;
  • L’action sur autrui : cette communication a pour but de convaincre, influencer ou séduire le destinataire. L’utilisation d’ordres ou encore d’interdictions est aussi engagée.

Plus généralement, la communication favorise l’échange d’informations entre les individus. Ces informations peuvent être relayées par l’intermédiaire de nouveaux supports numériques : on parle alors de communication digitale.

Désormais, les entreprises ont à leur disposition ces nouveaux canaux de communication qui offrent de nombreux avantages : ils permettent d’établir des stratégies de communication pour développer leur notoriété ou encore pour acquérir une nouvelle clientèle.

Le fonctionnement de la communication d’entreprise s’illustre grâce à la théorie de Shannon. Ainsi, les acteurs de la communication sont l’émetteur et le récepteur.

Mais, le digital bouscule de plus en plus la structure de base de la communication. Bien avant l’extension de ce qu’on appelle le « web social », la communication des entreprises se limitait à une simple information unilatérale d’entreprise. Les deux types de cette information étaient :

  • Une communication externe : information de l’entreprise à destination du public ;
  • Une communication interne : information de l’entreprise à destination des employés et des dirigeants.

les bases de la communication digitale 1

De l’information à la communication

L’émetteur, vu ci-dessus, envoie un message au récepteur par l’intermédiaire d’un canal de transmission, aussi appelé canal de diffusion. A ce stade, on ne peut pas encore parler d’une véritable situation de « communication ». Pour passer de l’information à la communication, le récepteur doit notifier à l’émetteur que le message a bien été réceptionné et comment il a été perçu : entre alors la notion de feed-back.

les bases de la communication digitale 2

La notification de la bonne réception du message, peu importe sa forme, est nécessaire pour dresser une communication. Ce feed-back est indispensable pour l’émetteur car il permet d’établir les effets du message, contrairement à une simple transmission d’information. Dans la communication digitale, le feed-back tient à tout ce qui touche aux interactions : les commentaires, les likes, les partages, etc. Une forme beaucoup plus complète et facile pour faire des retours d’expérience.

Chaque acteur de cette communication, qu’il soit émetteur ou récepteur, joue un rôle de taille dans le fonctionnement-même du feed-back, mais plus généralement, dans la mise en place d’une relation bilatérale entre l’entreprise et le client. Ce nouveau lien social, complet, permet une réelle démarche communicationnelle.

Le feed-back : allié d’une véritable communication

Grâce au feed-back, l’individu qui émet le message valide son efficacité, et maîtrise les conditions de communication ainsi que le canal utilisé.

Depuis l’ascension des réseaux sociaux, les entreprises peuvent désormais faire appel à la technique du feed-back en l’imposant massivement. En utilisant ce procédé de communication, les entreprises installent un retour d’expérience utile à leur amélioration.

Ainsi, les réseaux sociaux engendrent une relation de confiance entre la marque et les clients. De cette manière, les clients se sentent écouter et se fidélisent plus facilement.

La communication repensée avec les réseaux sociaux

les bases de la communication digitale 3

Le schéma de Shannon précédemment vu est complètement bouleversé par les médias sociaux. Désormais, c’est le récepteur qui influence le message de l’émetteur. Dans la situation entreprise-client, c’est bien souvent l’entreprise qui se voit répondre aux commentaires et aux avis des clients et non l’inverse. Ce sont bien entendu les clients qui produisent la majorité des informations de l’entreprise par le biais des réseaux sociaux. Dans ce sens, la caractéristique majeure de la communication digitale est l’inversion des rôles entreprises-clients.

Les actions de communication sur les médias sociaux se modulent sur un format d’échange, même si le schéma de la communication d’entreprise traditionnelle reste d’actualité.

Il est donc possible de dire que la communication digitale et les réseaux sociaux ont formé un rapport de dialogue presque égal entre l’émetteur et le récepteur pour instaurer une vraie communication.

Si vous désirez en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur c’est quoi la communication digitale ?.

C’est quoi la communication digitale ?

C’est quoi la communication digitale ?

Ce que l’on entend par « communication digitale » désigne avant tout le principe de dématérialisation des supports d’information. Depuis des années, cette numérisation amène de nouveaux changements stratégiques sur son utilisation.

Bien au-delà, la communication digitale se voit aujourd’hui comme un environnement digital à part entière, dans lequel des actions de communication web sont établies. On parle alors de tout ce qui se rapporte aux médias sociaux, aux objets connectés ou encore aux smartphones.

Aussi appelée communication numérique, la communication digitale s’est en premier lieu employée au web avant de s’exporter grâce aux nouvelles tendances technologiques. On parle des nouveaux canaux de diffusion comme la réalité virtuelle, les enceintes connectées, les chatbot, les big data, etc.

La communication digitale : quels canaux possibles ?

Les canaux de communication sont les supports par lesquels la communication digitale peut se diffuser. Ces terminaux sont principalement devenus des écrans individuels comme les smartphones, les tablettes tactiles ou encore les ordinateurs. Ainsi, la communication digitale passe par les canaux suivants :

  • Réseaux / Médias sociaux
  • Site internet
  • Newsletter
  • Blog
  • Objet connecté
  • Application mobile

La communication digitale : une information de flux

Comme dit précédemment, la dématérialisation des supports d’information est le principe-même de la communication digitale. Cette démarche numérique tend à valoriser les flux au profit des supports de diffusion fixes (flyers, affiches, catalogues…). Ainsi, la communication digitale apparaît comme un canal de communication évolutif, dirigé vers les échanges et la proximité.

Avant la digitalisation, les informations étaient relayées par l’intermédiaire d’un support physique, échangeable et transmissible. Désormais, avec la communication digitale, les informations sont diffusées d’un canal à l’autre, passant d’utilisateur en utilisateur sans jamais que le support de communication ne se transmette d’un consommateur à l’autre.

L’information se répand de façon indépendante de tout support. Ce support devient alors un canal de transmission numérique.

numerisation-communication-digitale-cest-quoi

La communication digitale : communautés et contenus

Les changements qu’amène la communication digitale porte d’une part sur l’utilisation des canaux de communication mais également sur les activités et rôles de ces services d’information. Les deux évolutions principales sont l’animation de communautés ainsi que la rédaction de contenus.

Animation de communautés : community management

Parmi les enjeux principaux de la communication digitale, se trouve l’animation de communautés. Les différents espaces sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter…) d’une entreprise doivent être alimentés dans le but de créer une image de marque sociable. Toutes les interactions qu’aura l’entreprise avec sa communauté doivent être impactantes et relever du social. On entend par là la réaction aux commentaires ou la relation-client.

Contenu de marque : brand content

Une des premières vocations d’une marque est la production de contenus. C’est par ces contenus que les internautes se font une idée de la marque. Les marques utilisent de plus en plus les réseaux sociaux pour diffuser leurs contenus. Les internautes sont de plus en plus connectés et l’objectif majeur pour les marques est de produire un contenu qui soit le plus personnalisé possible et ce, de façon régulière.

Les contenus les plus favorisés dans la communication digitale sont les suivants :

  • Les contenus visuels et/ou audiovisuels : on entend par là tout contenu comme la vidéo, la photo, le podcast ou encore les lives TV ;
  • Les contenus téléchargeables : livre blanc, présentations ;
  • Les contenus d’expertise : apporter son expertise sur des sujets divers de son secteur d’activité
  • Les contenus ludiques : favoriser l’interaction par le jeu et l’échange
  • Le story telling : raconter une histoire qui fait appel à l’émotion de l’internaute

L’objectif pour la marque est donc de mettre en place une stratégie de contenus qui soit en cohérence avec son secteur d’activité et adaptée aux médias sociaux et à ses utilisateurs (@jesuisnumérique).

Programmes ambassadeurs

Les programmes ambassadeurs se définissent comme le mélange d’animation de communautés et de brand content. Ils encouragent les employés d’une entreprise à relayer sur les réseaux sociaux des messages travaillés en interne. Les contenus ainsi diffusés permettent de toucher des audiences bien distinctes et personnelles. Chaque salarié devient donc un communicant à part entière et un influenceur de taille.

La communication digitale : transmission de l’information ou marketing de masse ?

Les termes « communication » et « marketing » sont si proches qu’on en arrive parfois à penser que la communication est du marketing. Pourtant, ces deux notions sont bien différentes.

Le marketing se consacre à l’offre et à la demande, au marché des produits et à l’expérience du client. En effet, il prend en compte le display, le référencement naturel et/ou payant, l’affiliation ou encore la publicité sur les réseaux sociaux.

Quant à elle, la communication se concentre sur la rédaction et production de contenus, l’image de marque et les échanges entre la marque et son client, comme dit précédemment.

Mais la distinction des deux est de plus en plus complexe : le digital a totalement bousculé les habitudes de consommation et de diffusion au point de créer un mode d’organisation appelé « communication marketing intégré ».

Vous l’avez compris, la communication digitale regroupe tous les concepts liés à la numérisation des contenus. Des smartphones aux objets connectés, en passant par les tablettes tactiles, l’information circule plus vite et plus massivement qu’avec les supports physiques. Une nouvelle manière de consommer et diffuser l’information.

La communication digitale, avec ses avantages et ses inconvénients est devenue la plus grande source de transmission de l’information. Si cet article a piqué votre curiosité et que vous voulez en savoir davantage, rendez-vous sur les bases de la communication digitale.